AA CGR-GEMS, Menu Culturelle

Catégorie voyageChateau de Vincennes

6 mars 2018

En pénétrant dans l’enceinte du château, nous découvrons une résidence royale de l’époque médiévale ; devant nous se dresse un imposant donjon de 52 m de haut, la Sainte Chapelle, la Tour du village, la Tour du Bois, la Tour des salves et une partie des fortifications restantes. A l’origine l’enceinte était protégée par 9 tours (42 m de haut).

Le roi Louis VII s’est installé dans un simple pavillon de chasse vers 1150, profitant du bon air de Vincennes et de la forêt. Historiquement ce lieu va devenir manoir royal, puis forteresse et prison d’Etat. Le roi Philippe VI engage les travaux de fondations du donjon 1336-1340 ; puis la guerre de cent ans engendra un arrêt du projet. Vincennes sera un lieu de résidence pour Louis XI, François 1er Henri II.

En 1357-1358 la période est trouble, Jean Le Bon est battu à Poitiers et fait prisonnier par les anglais qui exigent une forte rançon. Profitant de cette agitation, en 1358 fomentée par Etienne Marcel prévôt des marchands de Paris une émeute éclate, Charles V va rétablir l’autorité royale grâce à l’aide du Capitaine Bertrand Duguesclin qui délivre la France des Anglais. En 1370 il sera élevé au rang de Connétable de France.

La construction du donjon, est poursuivie par le Roi Jean II après sa libération des anglais et Charles V (entre 1361 et 1367).

En 1373-1380 Charles V renforce l’aspect forteresse en faisant ériger une enceinte de 1200 mètres autour des bâtiments existants.

Au milieu du XVIIème siècle, construction des pavillons du Roi et de la Reine (jeune Louis XIV et Anne d’Autriche)

Notre guide nous explique en détail les éléments de défense du donjon, le glacis, les mâchicoulis, la herse, le pont levis, les assommoirs. Les défenseurs utilisent des jets de pierres, poix bouillante, sable chauffé à blanc, à partir du chemin de ronde sur les assaillants ;

          

Pour pénétrer dans le donjon nous empruntons un escalier en colimaçon, système efficace pour bloquer la progression des ennemis en armures. Le Roi Charles V est un érudit et nous trouvons des décors sculptés avec des anges musiciens ; Un campanile rythme la journée du Roi au son de la cloche.

          

A l’intérieur du donjon nous découvrons le cabinet de travail du Roi, la salle du conseil, les anciennes cellules des prisonniers, la salle du trésor avec le sceau du Roi, la garde-robe, la chambre du Roi avec une grande cheminée.

Au rez- de- chaussée près d’un puit de 21 m de profondeur, la guide nous évoque le rapatriement du squelette d’Henri V (roi d’Angleterre (1413-1422) prisonnier à Vincennes. Anecdote surprenante avec le rôle du cuisinier dans cette opération macabre. Le rapatriement des os de Saint Louis (Roi Louis IX) mort à Tunis en 1270 a subi le même sort (démembrement du corps pour conserver le squelette et le cœur)

Les reliques arrivent dans la nécropole royale Basilique de Saint Denis en 1271.

Le donjon sert dès le XV e siècle de prison et reçoit jusqu’en 1784 des prisonnières politiques.

Le donjon fut aménagé en prison d’état pour des prisonniers de haute naissance, parmi les noms bien connus, nous trouvons Henri de Navarre, abbé de Saint Cyran, le Grand Condé (Louis II de Bourbon), Cardinal de Retz, Nicolas Fouquet, Denis Diderot, Auguste Blanqui, François Vincent Raspail, le Marquis de Sade, Mirabeau.

Maintenant traversons la cour pour rejoindre la Sainte Chapelle

Fondée en 1379, elle sera inaugurée beaucoup plus tard en 1552.

Comme la Sainte Chapelle dans l’île de la Cité, la Saint Chapelle de Vincennes est prévue pour recevoir les reliques de la Passion.

          

La photographe Bettina Rheims a réalisé en 2014 une série de portraits de femmes incarcérées. Le nom « Détenues » de cette exposition à l’intérieur de la Sainte Chapelle nous renvoie au passé carcéral du château.

La Sainte Chapelle a été restaurée et le style gothique flamboyant laisse apparaitre une superbe lumière à travers les vitraux (ceux du cœur datent 1555-1556).

Louis II de Bourbon-Condé est accusé injustement de complot royaliste contre Napoléon 1er, il sera fusillé le 20 mars 1804 dans les fossés de Vincennes.

Louis XVIII fait exhumer les restes et demande la réalisation d’un Monument funéraire qui est dans l’ancien oratoire de la Reine.

En résumé nous avons plongé dans l’histoire avec sous les yeux un monument français d’exception, après un dur labeur de 11 années de restauration.

Claude CORIC