AA CGR-GEMS, Menu Culturelle

Catégorie voyageInstitut du Monde Arabe

l’épopée du canal de Suez 17 Mai 2018

La visite programmée à l’ouverture de l’Institut du Monde Arabe à 10 h nous permet de découvrir en toute sérénité cette magnifique exposition retraçant une période historique allant des pharaons au XXI ème siècle.

         

La scénographie est originale et se découvre sur 2 niveaux, nous remontons également le temps. D’emblée nous sommes spectateurs de l’inauguration du canal de Suez avec une assemblée de 4 à 5000 personnes, les tribunes des souverains et tentes sont plantées dans le désert.

Spectacle grandiose avec une centaine de bateaux (nous pouvons voir la maquette du yacht impérial évoquent cet évènement rassemblant les chrétiens et musulmans, l’importante délégation française est venue participer à l’inauguration.

Des portraits d’ Ismaïl Pacha, de Ferdinand de Lesseps, de l’impératrice Eugénie (pour représenter Napoléon III) font revivre les festivités. Des journaux rapportent à la une cet évènement historique.

L’origine du canal de Suez ; relier le Nil à la mer Rouge est évoquée par des stèles gravées en provenance du Louvre, une stèle de Darius a des inscriptions dont la traduction donne « je suis un Perse (…) j’ai pris l’Egypte. J’ai ordonné de creuser ce canal à partir d’une rivière du nom de Nil, qui coule en Egypte, par ce canal vers la Perse selon mon bon plaisir »

       

Si dès le XVIII ème siècle avant notre ère le pharaon Sésostris III rêve d’un canal reliant le Nil à la Mer Rouge, le percement d’un canal entre la Méditerranée fut l’objet de conflits, de progrès technologiques. Le Calife abbasside AL-Mansur ira jusqu’à combler le canal afin d’interdire l’accès aux lieux saints de la péninsule arabique.

Un tableau montre le projet vénitien, en 1504 Venise fait une proposition au Sultan Mamelouk, pour accéder aux mers du Sud et atteindre le Cap de Bonne Espérance. La proposition n’est pas retenue.

Après mille ans d’arrêt de nouveaux projets sont étudiés mais une erreur topographique de 9 m de dénivelé, ce qui inclus un investissement lourd comme des écluses.

Linant de Bellefonds refait le calcul des relevés et trouve un écart de 18 cm seulement ce qui permet de revoir la faisabilité du projet..

D’après les Saint- Simoniens le progrès technique est une sauvegarde de l’humanité et par conséquent le canal est une parfaite illustration du mariage Orient-Occident. Le père Enfantin sera un fervent défenseur de cette vision du monde

Ferdinand de Lesseps sera également un visionnaire pour la construction du canal en étant le tuteur du Saïd Pacha (souverain moderniste d’Egypte) l’ingénieur va apporter tout son expérience pour ce projet hors normes.

         

Le 19 mai 1855 une concession est signée (Article 3 : la durée de la concession est de 99 ans à partir du jour de l’ouverture du canal de Suez) .Pour obtenir de l’argent une société est crée ; 20 à 21000 petits porteurs français vont apporter l’investissement pour ce projet pharaonique.

Nous découvrons une magnifique maquette conservée depuis l’exposition universelle de 1867 montrant les travaux de Port Saîd, Ismaïlia, Suez, les visiteurs peuvent ainsi évaluer la progression du canal.

Un canal d’eau douce est creusé dans l’enfer du désert pour les besoins de la vie quotidienne. Les travaux menés sont imposés d’autorité par une pratique de corvée héritée de l’époque des Pharaons . Des milliers d’ouvriers sous la contrainte avec des outils rudimentaires (pelles et pioches) vont mourir non seulement de maltraitance mais aussi du choléra .Un film de propagande décrit les conditions dramatiques d’exploitation de ces milliers de fellahs.

Sous l’effet de pressions politiques extérieures pour amélioration des conditions des ouvriers, des machines vont arriver en Egypte (drague à godets, invention Alphonse Couvreux en 1859)

La drague pouvait extraire jusqu’à 180 m3 de déblais à l’heure, une avancée technique énorme en comparaison des quelques m3 de l’ouvrier .78 dragues ont été acheminées depuis la France .La maitrise de la vapeur va permettre de convoyer le matériel et les déblais avec des locomotives et wagonnets.

         

Dans une vitrine nous découvrons plusieurs statuettes en terre cuite représentant une paysanne égyptienne coiffée du némès pharaonique, témoignage d’un projet d’une statue phare pour montrer la liberté éclairant l’Orient.

Ismaïl Pacha ne donnera pas suite à ce projet art colossal. Cette ébauche servira pour la statue de la Liberté à New York.

Le canal de Suez est au cœur des convoitises (1854-1882)

Après les dépenses excessives du vice- roi Ismaïl Pacha, le budget se trouve en lourd déficit En 1875 l’Egypte vend ses parts dans la Compagnie, l’Angleterre s’empresse de racheter les actions lui permettant de devenir majoritaire.

L’Angleterre n’aura de cesse d’accroitre son emprise sur l’Egypte avec une occupation militaire en 1882.

En 1936 Le traité de Londres permet à l’Egypte de trouver l’indépendance, mais la protection du Canal de Suez reste sous monopole britannique pour 20 ans seulement.2% des revenus du canal reviennent à l’Egypte.

Le canal aux Egyptiens, nous assistons par la vidéo interposée à l’évènement historique du discours de Naser proclamant la nationalisation du Canal à Alexandrie, enthousiasme d’une foule compacte lors des déplacements dans toute l’Egypte.

Un nouveau monde émerge avec plusieurs conflits, la guerre des six jours, le double franchissement du Canal par les Egyptiens puis par les Israéliens

Les accords de paix israélo-égyptiens vont permettre la réouverture du canal le 5 juin 1975 par le président Sadate.

Nous terminons avec le canal du futur (dédoublement, création d’une vaste zone industrielle et d’urbanisation .Pour illustrer cette époque contemporaine, nous sommes invités virtuellement à naviguer sur un immense porte- containers, découvrant les rives et installations portuaires de part et d’autre.

         

Pour continuer notre immersion dans la culture du Monde Arabe, nous nous offrons un déjeuner libanais au dernier étage de l’Institut. Vue magnifique sur un Paris ensoleillé avec ses immeubles, ses monuments et la Seine.

  

Claude CORIC