AA CGR-GEMS, Menu Culturelle

Catégorie voyageMusée des arts forains

Le Jeudi 7 Décembre 2017

Situé dans d’anciennes halles aux vins du 19 ème siècle à Bercy, nous sommes accueillis par Marine notre guide, pétillante d’anecdotes et enthousiaste

La collection des objets forains, carrousels, orgues, manèges est immense par le nombre et la diversité qui nous est présentée avec diverses mises en scènes

Nous plongeons dans l’atmosphère vénitienne avec un carrousel tout en en bois ; l’un d’entre eux fabriqué par Bayol en 1887 montre le talent du sculpteur avec des feuilles acanthes, des miroirs biseautés, des couleurs vives, restituant l’esprit festif de toute une époque

            

Les Renommées nous attendent avec les bras au ciel avec la lumière au creux des mains pour attirer les badauds dans l’espace des flonflons de la foire et les bonnes odeurs de pain d’épices.

          

Plus loin un carrousel de chevaux de bois piaffent d’impatience pour nous entrainer dans un voyage fantastique dans le temps .

Entrons dans un autre lieu tout aussi surprenant, vaste salle avec des automates pour des airs d’Opéra avec le Doge de Venise, Pierrot et Colombine, Casanova, les airs de la Traviata de Giuseppe Verdi.

          

Attardons nous sur la mécanique merveilleuse de l’orgue de 1905 signé L. HODGHUYS GRAMONT avec ses soufflets et cartes perforées avec la possibilité d’avoir 63 notes selon le principe des métiers à tisser de Jacquard, pour animer un jeu de flûtes, de tambours

          

Le clou du spectacle est le manège de 1897 avec des cycles Grand- bi déjà équipés de pédaliers pouvant aller jusqu’à 60 km / h ; vitesse extraordinaire pour nous emporter dans l’émotion d’un temps passé.

            

La guide nous fait remarquer que cette attraction foraine tourne dans le sens des aiguilles de montre car le brevet étant anglais les règles devaient être appliquées pour la réalisation de ce manège.

Nous continuons à jouer avec une course de chevaux, les boules roulent et tombes dans les trous rouges, bleu et jaune faisant trotter ou galoper les chevaux.

            

Surprise en fin de parcours nous avons une démonstration sur un jeu importé d’hollande, sorte de flipper avant l’heure ; une toupie lancée avec une ficelle, parallèle extraordinaire entre ces visiteurs de 1900 et notre époque (les écoliers d’aujourd’hui dans les cours de récréation ont des toupies «Beyblade» pour le plaisir du jeu).

          

Nous avons passé un superbe moment avec des manèges forains et le fait de participer à l’animation de ces pièces de collection nous a permis de retrouver notre âme d’enfance.

Instant magique avec un décor de Noël ; un musée privatisé rien que pour nous !!

            

Claude Coric