AA CGR-GEMS, Menu Culturelle

Catégorie voyage Le Grand Palais

Exposition temporaire - 20 Novembre 2019

Henri de Toulouse-Lautrec

L’exposition est présentée dans un ordre chronologique mettant en scène dans 12 espaces l’œuvre de Toulouse-Lautrec. Bien qu’ayant vécu seulement de 1864 à 1901 son parcours lui a permis de plonger dans le monde moderne de son époque. La photographie lui donne une nouvelle approche de la construction de ses tableaux avec des cadrages originaux. Toulouse Lautrec a la rapidité du geste pour saisir le mouvement ; le vélo, la voiture ou les courses de chevaux seront des sujets pour mettre en image la notion de vitesse.

L’ambiance des cabarets de Montmartre est également saisie avec une acuité remarquable, nous imaginons la danse du Cancan effréné, les échanges de regards dans la salle, les spectateurs, les lumières …

La Goulue, Jane Avril, Valentin le Désossé sont là devant nous.

Le théâtre est également un lieu prisé de Toulouse-Lautrec, il campe superbement Monsieur Gabriel Tapié de Céleyran dans un couloir de théâtre sur un tapis rouge.

Pour informer le public et accrocher l’attention des passants, Toulouse-Lautrec passera maître dans la réalisation d’affiches qui encore aujourd’hui sont résolument modernes par la simplification de la mise en page (typographie, aplats de couleurs, construction simplifiée des personnages)

Dans la salle « Carmen, Jeanne, Suzanne » nous découvrons des portraits féminins dans diverses scènes intimes. Le portrait de Carmen Gaudin avec une belle chevelure rousse est superbe avec son visage en pleine lumière.

Toulouse Lautrec est un bon vivant avec une vie dissolue en contradiction avec les valeurs aristocratique de sa famille.

Une partie du travail de commande de Toulouse-Lautrec aura aussi pour sujet le dandysme masculin avec des portraits de Gaston Bonnefoy, Louis Pascal et Henri Bourges.

La rencontre avec le milieu du cirque Fernando va lui permettre de réaliser une toile très originale pour l’époque ; cheval de l’écuyère rousse en premier plan au galop, des personnages tronqués sur les gradins pour évoquer les spectateurs, nous devinons le clown monté sur un tabouret ; nous n’avons que les jambes, un second clown de dos juste en bord de cadre, des aplats de couleurs et des lignes courbes pour indiquer la piste circulaire.

Le monde des journaux et revues ne seront pas négligés ils seront source de publications originales de croquis humoristiques. L’amitié avec Paul Leclercq fondateur de la Revue Blanche sera une époque littéraire riche en rencontres d’écrivains et poètes.

Notre guide nous a donné une lecture de l’œuvre de Toulouse-Lautrec avec des détails peu perceptibles au premier regard ; l’éléphant comme signature, une horloge, tube de peinture, Toulouse-Lautrec vu de dos dans la parodie du Bois Sacré , la technique du crachis, l’influence japonaise, les plans en contre plongée, le dynamisme de la construction selon la diagonale de la toile …

En résumé l’éclairage sur l’œuvre va au-delà des clichés (maisons closes et cabarets) et permet de mieux comprendre le monde dans lequel le peintre a évolué en cette fin du XIX ème siècle.

Superbe visite guidée.

Claude CORIC