AA CGR-GEMS, Menu Culturelle

Catégorie voyageLa rubrique de Michel

Montage Vidéo

Ce que l’on peut faire avec un logiciel de montage vidéo :

Une fois les fichiers vidéo de la camera installés dans le PC, on effectue les opérations suivantes :

Découpage

L'idée générale est de faire, à partir de nos prises de vues, des séquences "propres", cohérentes et en ordre, lesquelles serviront ensuite à construire notre film final. Dans cette étape, on utilisera la fonction "Couper" ou "Découper"

Le découpage permet de supprimer les images inutiles, parce que :

• Ratées : mauvais cadrage, manque de netteté, démarrage de la prise de vue trop anticipé, etc

• Trop longues : souvent, on s'attarde trop longtemps sur un point fixe (visage, paysage...)

• Parasitées mauvais cadrage, manque de netteté, démarrage de la prise de vue trop anticipé, etc

• Nous pouvons revenir autant de fois que nécessaire sur cette partie du travail, jusqu'à obtention du résultat voulu.

Montage

Une fois que les séquences (ou clips) sont nettoyées, on peut passer à l'étape suivante, c'est à dire mettre en suite logique nos séquences. Pour ce faire, on dispose en général d'une table pour le montage séquentiel appelée timeline

Les séquences sont déposées ici, l'une après l'autre. L'échelle de temps au dessus indique la durée totale du projet. Si une séquence doit être déplacée, il suffit de cliquer sur celle-ci, de la tenir puis de la déposer à l'endroit voulu.

Certains logiciels offrent aussi une vue façon script de film. C'est intéressant si on se donne la peine de donner des noms précis aux différentes séquences. On a ainsi un résumé du film dans son entier.

Transitions

En l'absence de transition, le montage se fait par enchaînement direct de la dernière image de la séquence en cours à la première de la séquence suivante. C'est brutal, mais cela ne choque pas pour autant selon le contexte. Dans ce que nous regardons régulièrement, les scènes de dialogue en face à face sont montées ainsi, il n'y a pas lieu de procéder autrement.

Une transition sera par contre utile pour faire le passage entre deux scènes distinctes, comme entre des images de journées différentes prises lors de vacances par exemple, pour bien montrer le changement de jour. Le numérique permet de nombreuses transitions.Ne pas abuser des transitions ! Cela lasse rapidement les spectateurs !

Il faut penser également que les transitions prennent leurs durées à cheval sur la séquence et celle qui suit. Dans le cas de transitions un peu longues (elles sont réglables en durée, bien sûr), il faudra peut-être revoir le découpage des séquences concernées.

Effets spéciaux

Alors que les transitions n'interviennent qu'entre deux séquences, les effets spéciaux s'appliquent aux séquences elles-mêmes. Ici aussi, il convient de ne pas utiliser à outrance ces effets spéciaux ; il faut faire preuve de goût et d'à propos !

Les effets spéciaux... c'est... spécial ! Il ne s'agit pas de coloriser en sépia par exemple, une très belle séquence de paysage aux couleurs étonnantes et éclatantes! Par contre, cet effet peut-être utilisé à bon escient par exemple pour insérer des images anciennes (récupérées d'un vieux film noir et blanc).

Superposition, incrustation

La superposition consiste à insérer une séquence dans la séquence principale. L'image superposée peut être fixe quant à son emplacement, mais elle peut aussi se déplacer suivant un mouvement prédéfini. Il s'agit ici de techniques évoluées, qui demandent du temps, de la réflexion mais aussi de la patience, car les phases de visualisation seront en général lentes à l'affichage, sauf à posséder une machine vraiment rapide !

L' incrustation est une technique approchante (superposition d'images) mais une image va être découpée avant d'être superposée à l'image principale. Pour ce faire, il faut, dès la prise de vues, filmer l'objet ou le personnage sur un fond uni d'une couleur appelée clé chroma. De teinte bleue ou verte, ce fond va pouvoir être ensuite transformé en zone transparente lors de la superposition. Ainsi, une personne filmée sur ce fond spécial pourra être artificiellement incrustée sur un fond d'images, permettant donc un trucage vidéo.

noir et blanc).

Titre et sous-titres

Il est possible d'ajouter à notre montage en cours :

• Un titre principal : donner le thème général du film

• Des sous-titres : situer des épisodes/parties du film ou donner des indications de lieu, d'heure...

Les logiciels de montage offrent en général beaucoup de possibilités à ce sujet, pour :

• Personnaliser la forme du texte (police de caractères, taille, couleur, italique, gras, etc.)

• Personnaliser l'arrière-plan des titres (opaque/transparent, couleur d'arrière-plan

• Encadrer le texte (cadre simple ou fantaisie)

• Animer le texte (il se déplace sur l'écran).

Générique

De même, il est possible de placer un générique (à la fin ou au début du film) pour citer les personnes impliquées dans le film, ou la période de tournage....

Plus d'ambiances dans les films grâce la postsonorisation !

Le rôle de la postsonorisation est primordial lors du montage d'un film : pendant le tournage, les acteurs ou des accessoires créent dans chaque scène des bruits que les spectateurs perçoivent la plupart du temps différemment de ce qu'ils devraient être.

Pour cette raison, ces sons sont retravaillés ultérieurement. Les bruiteurs imitent ou recréent des bruits qui sont ajoutés au film lors du montage final. Ce « créateur de bruits » produit des sonorités dans son studio à l'aide de nombreux accessoires - du cellophane pour le crépitement d'un feu ou des petits pois sur une plaque en alu pour une pluie battante par exemple. Les bruiteurs ont su s'adapter aux techniques actuelles et sont membres à part entière de l'équipe de production d'un film.

De nos jours, les programmes de montage vidéo, proposent des outils de post-édition audio de haut niveau. Les cinéastes amateurs seront comblés grâce aux bibliothèques d'échantillons sonores prêts à l'emploi : ces derniers proposent des multitudes de bruits et d'environnements sonores de la vie de tous les jours, mis au point professionnellement. il s'agit de collections complètes et diversifiées de sons dans différents formats pouvant être édités en toute simplicité et répertoriés avant d'être insérés dans le film à un emplacement approprié.

Après le montage vidéo et avant la présentation d'un film, le projet a tout d'abord besoin d’une postsonorisation mais aussi d'une musique de film adéquate.

Commentaire sonore

On peut enfin, ajouter un commentaire sonore. Ceci nécessite de disposer d'un microphone sur son PC, et cela permet d’enregistrer ce qu'on appelle une voix "off", qui peut, ponctuellement ou pas, apporter au spectateur des informations additionnelles, des commentaires personnels... ou apporter un peu d'humour aussi.

Musique

Ensuite, nous pouvons ajouter à notre film une musique de fond !

Celle-ci viendra se combiner au son des séquences, et à tout moment, on peut régler les volumes respectifs du son ambiant et de la musique de fond. A vous de trouver la musique en rapport avec vos images !

Certains logiciels proposent aussi des générateurs de musique ! On choisit une ambiance musicale et la musique s'adapte à la durée souhaitée. Bien entendu, dans ce cas, il faut envisager l'acquisition payante de bibliothèques de thèmes musicaux supplémentaires... Mais c'est une fonctionnalité intéressante, qui permet d'avoir une musique originale, d'excellente qualité, et qui prend fin de manière normale à la fin de la séquence avec musique.

Une fois la musique enregistrée, elle est toujours post-éditée, optimisée et éventuellement dotée d'effets sur ordinateur. La composition de la musique de film succède à la postsonorisation et représente la dernière étape de travail avant la publication d'un film.

Générer le film

Une fois le montage terminé et sauvegardé régulièrement, il ne nous reste plus qu'à créer ou générer le film définitif, car jusque là, nous n'avons fait que du travail lisible seulement dans notre logiciel de montage.

Générer le film va créer un fichier vidéo unique contenant tous les éléments que nous avons choisi de mettre, comme vus précédemment.

Pour ce faire, nous devrons choisir un format de sortie, lequel dépendra de ce que nous voulons faire avec le fichier vidéo que nous allons créer. Rappelons dès à présent que le projet de montage, qui est quant à lui enregistré, permettra d'y revenir et de créer autant de formats de fichiers de sortie que nous en avons le besoin.

A cet instant, nous devons savoir ce que nous voulons faire de notre film.

Parmi les principales options possibles :

Créer un fichier disque

Pour pouvoir le visionner à tout moment, en qualité optimale

Créer un DVD

Pour pouvoir le visionner sur votre lecteur de salon, le monter, le prêter ou donner, très bonne qualité

Créer un film pour dispositifs portables

Pour pouvoir le recopier sur votre téléphone portable par exemple, petit format

Créer un film pour Internet

Pour pouvoir le partager avec d'autres ou tout le monde, moyen format, qualité moyenne à faible pour pouvoir le diffuser facilement

Michel